Petite-Terre Guadeloupe

Petite-Terre, un Archipel composé de 2 îles

plage_petite_terre_guadeloupe

Si la Guadeloupe est synonyme de paradis terrestre, c'est sans nul doute grâce à la splendeur de ses paysages et à la qualité de la préservation d'un patrimoine naturel d'exception. Située au sud est de Grande-Terre, l’archipel de Petite-Terre en est de loin l’un des meilleurs exemples !

Pointe de départ: Saint-François

La ville de Saint-François

Tout commence à Saint-François, point de départ de nombreuses ballades où la petite ville s'est dotée d'une marina très moderne et dynamique. Outre les nombreux voiliers et autres catamarans qui animent la vie de la marina, Saint-François est aussi doté d'un aérodrome, d'un casino, d'un parcours de Golfe International de nombreuses boutiques, de petits restaurants animés, mais aussi d'établissements et de locations de standing...

Pour vous rendre à Saint-François vous aurez besoin d’être véhiculé, le réseau de transports en commun étant peu développé en Guadeloupe. En revanche la route est très bien indiquée est très belle et vous fera traverser des paysages typiques des petites Antilles et longer le lagon de Sainte Anne et ses plages de rêve. A moins d’une heure de route de Pointe à Pitre, vous voilà au bout du monde, à Saint-François.

A la découverte des Antilles depuis Saint-François

Mais, située sur la façade Atlantique de l'île, Saint-François est aussi le point de départ de nombreuses excursions nautiques comme la Désirade, le Grand et le Petit cul de sac marin, Marie Galante, la Pointe-des-Châteaux, les Saintes...
Si chacune de ces destinations est la promesse de découvertes extraordinaires, nous allons mettre le cap sur Petite-Terre, un minuscule archipel de deux îles à une heure de navigation de Saint-François.

Petite-Terre, un coin de Paradis

Gérées, protégées, surveillées et entretenues avec passion par l'ONF, Petite-Terre est une réserve naturelle composée de deux toutes petites îles qui fleurent bon la carte postale et bercées par les alizées. Si Terre-de-Bas est accessible pour la journée en excursion maritime, en revanche, Terre-de-Haut, elle, est totalement inaccessible. Véritable sanctuaire elle est strictement réservée aux scientifiques et au personnel de l'ONF.


Bien qu'elle soit une des destinations phares du tourisme Guadeloupéen, Petite-Terre n'en demeure pas moins un lieu sanctuarisé où seules quelques embarcations sont autorisées à accoster. Ainsi, si vous souhaitez vraiment vous offrir une journée sur cet archipel paradisiaque, pensez à réserver votre traversée quelques jours avant votre excursion. En effet, le nombre de visiteurs quotidiens est strictement réglementé par arrêté préfectoral. C'est aussi là le gage de la préservation d'un lieu unique et d'un environnement naturel de qualité.

excursion_petite_terre

Une réserve naturelle d'exception !

Passer une journée sur Petite-Terre, c'est l'assurance de faire des découvertes uniques.
Embarquez à la découverte des milliers d'iguanes qui peuplent l'île, mais aussi des Anolis et autres Mabouyas (endémiques), les bernard l'Hermitte et leurs drôles de coquilles… Une petite ballade terrestre qui vous conduira à coup sur jusqu'au Phare, seule construction de l'île et qui abrite l'hébergement des gardiens de l'ONF mais aussi un petit musée fort intéressant.

Côté mer, nager au beau milieu d'un lagon est une expérience unique. Aux abords de Petite-Terre, les tortues, les raies, les requins citrons et autres dauphins ont élu domicilie sur ces récifs coralliens. Ce sera aussi l'occasion de plonger (avec masque et tuba) dans un véritable aquarium où se croisent les poissons chirurgiens noirs, les poissons perroquets, les demoiselles à queue jaune, les poissons ange…Petite-Terre n’a rien à envier à la réserve Cousteaux ! Et Rassurez-vous, vous ne craignez rien! Les requins auront peur de vous et les autres animaux sont inoffensifs et habitués à la présence de l’Homme.

Attention toutefois, ce petit archipel est une réserve naturelle sous le soleil des Antilles, veillez à emporter une protection solaire biodégradable afin de ne pas polluer un environnement préservé. Egalement il est strictement interdit de toucher les animaux ou d’endommager leur habitat naturel d’aucune manière.

iguane_petite_terre_guadeloupe

Aller à Petite-Terre

Depuis la Marina de Sainte-François quelques compagnies proposent des journées d'excursion à Petite-Terre. Les nombreux parkings qui jouxtent la Marina, le long du Golfe International, notamment, accueilleront votre voiture pour la durée de votre escapade.

Où que vous soyez logé en Guadeloupe, avoir une voiture sur place est indispensable car les horaires d'excursions ne sont pas compatibles avec celles des rares transports en commun de l'île. Généralement les départs se font entre 6h00 et 7h30 et les retours vers 17h30. Louer une voiture à votre arrivée en Guadeloupe est l’option la plus pratique.  Il en va de même pour toutes les sorties en mer. Pour ce type d'escapade (guide, repas et punch compris) comptez entre 90 et 150€ par personne pour la journée.

Si vous avez le permis bateau, vous pouvez aussi louer une embarcation, mais les nombreux récifs coralliens et la navigation sous les alizées peuvent s'avérer une exercice risqué à qui n'en a pas l'habitude. D'autre part, renseignez vous bien à la capitainerie de la Marina car toutes les embarcations ne sont pas autorisées à naviguer dans la réserve naturelle.
Niveau prix comptez autour de 300€ la journée pour la location d’un bateau à moteur et à partir de 500€ par journée pour un voilier moyen (hors carburant, hors repas et sans skipper).

requin_petite_terre_guadeloupe

Histoire de Petite-Terre

Si, depuis 1998, Petite-Terre est devenue une réserve naturelle inhabitée et protégée avec amour par les gardiens de l'ONF et les scientifiques, il n'en a pas toujours été ainsi. L'île a été habitée depuis l'an 600 et jusqu'au XIVème siècle par les Arawaks, les Caraïbes puis les colons. On y cultivait des patates douces, des ignames, bases de l'alimentation puis du coton. Rattachée depuis toujours à la Désirade toute proche, l'île est ensuite devenue privée avant d'être réquisitionnée par la collectivité au moment du classement en réserve naturelle terrestre et marine à la fin du XXème siècle.